Vous souhaitez préserver les organes de votre système hydraulique et ainsi éviter les usures prématurées ? Alors regardez du côté de vos huiles. Il y a certainement de l’eau.

Problème.

L’eau est l’ennemie de l’huile. Si sa concentration est trop importante, les dommages peuvent être nombreux. Les coûts sont parallèlement très élevés.

Il est donc primordial d’éviter la propagation des bactéries, l’augmentation de la pollution et les risques de formation de rouille et d’acides.

Voyons voir de plus près. L’eau peut être introduite dans un circuit hydraulique par :

  • Stockage des futs à l’extérieur,
  • Introduction via les évents, traversée de cloison,
  • Fuites des échangeurs thermiques,
  • Appoints ou complément de niveau,
  • Réservoir ouvert et condensation.

Le facteur à prendre en compte est la quantité d’eau présente dans l’huile. Elle s’exprime en PPM  (ppm = partie par million)

  • 10 000 PPM = 1 %
  • 1 000 PPM = 0.1 %
  • 100 PPM = 0.01 %

Plus le nombre est élevé, plus la concentration en eau devient problématique.

Quelles sont les conséquences de la présence d’eau dans une huile ?

Sans surprise, vous vous doutez bien que les conséquences vont être diverses et variées. Certaines peuvent être irréparables.

  • Altération de la viscosité : diminution de l’épaisseur du film et risque de contact entre les pièces en mouvement,
  • Épuisement des additifs : certains sont ainsi rendus insolubles,
  • Cavitation par entrainement de bulles d’air,
  • Propagation des fissures par capillarité (même avec des taux inférieur à 100 ppm),
  • Oxydation des métaux et corrosion interne,
  • Micro-piqûres par arcs électriques du fait de l’augmentation de la résistance au courant électrique,
  • Oxydation de l’huile, attaque des additifs et production d’acides corrosifs,
  • Une concentration en eau de 500 ppm favorise le développement de certaines bactéries qui vont se nourrir en rejetant des déchets acides.

L’eau peut se trouver dans l’huile sous 2 formes : libre et dissoute

SOLUBILITÉ DE L’EAU DANS L’HUILE (Courbe de saturation)

Courbe contrôle contamination dans l'huile

Quelques remarques sur ce graphique :

Pour réduire les effets corrosifs de l’eau libre, la concentration d’eau dans l’huile doit rester inférieure aux seuils de saturation (représenté en orange sur le graphique).
La teneur totale en eau reste toujours la même mais selon la température l’eau va passer de la phase libre à la phase dissoute.

Les différentes méthodes pour séparer l’eau de l’huile :

Il existe deux méthodes. En effet, en fonction du volume d’eau contenu dans les huiles, le matériel utilisé sera différent.

Groupe modible de filtration Cardev

Pour des quantités d’eau faibles, les techniques d’absorption sur cartouche type Micro-filtration en cellulose compressée Cardev seront préférées.

Purificateur VUD HY-PRO

Pour des quantités d’eau importantes et de grands volumes d’huiles, les purificateurs HyPro utilisant la technique de déshydratation sous vide (abaissement du point d’ébullition de l’eau dans l’huile) seront privilégiés.

Découvrez en vidéo comment l’eau est enlevée de l’huile hydraulique via un système de micro-filtration Cardev.

Découvrez le purificateur VUD d’Hy-Pro en vidéo ! Nous vous montrons le fonctionnement étape par étape.

Ne laissez pas l’eau altérer vos circuits hydrauliques ou de lubrification, des solutions existent pour vous prémunir des actions nocives de l’eau dans l’huile.

HY-PRO a sauvé la saison d’un navire de pêche en résolvant un problème commun sur les bateaux : l’infiltration d’eau de mer dans les circuits hydrauliques. Grâce au purificateur, la contamination aqueuse a atteint un niveau très bas : <150 ppm. La compagnie maritime n’a plus besoin de changer son huile. Les économies réalisées sont sans appel.
Cliquez ici pour lire l’étude de cas complète (en anglais)

Nettoyage réservoir d'huile hydraulique sur un bateau   Filtration de la contamination aqueuse

Thierry Vernay (Rédacteur de cet article)

RECEVEZ NOS MEILLEURS CONTENUS SUR LA FILTRATION

Shares
Share This